CAN séniores dames: L’Algérie pouvait faire mieux si…

 

Notre équipe nationale a terminé à la même loge par rapport au nombre de participants que celle disputée en 2016 à Luanda. Ne surclassant que deux pays (Maroc et Côte-d’Ivoire), les Algériennes pouvaient terminer à un meilleur rang mais pouvait-on leur demander plus qu’elles ont réalisé sachant que cette jeune équipe algérienne n’a joué le moindre match international depuis deux années.

Seulement, en tenant en échec la Tunisie (finaliste de l’édition 2016) sur le score de 24 partout et en battant les Ivoiriennes sur le score de 27 à 25, on peut affirmer qu’il y a du jus dans cette équipe nationale qui a manqué cependant de maturité chez certaines joueuses et qui a trop pêché dans la précipitation à des moments où il fallait calmer le jeu.

Sur le plan individuel, on a constaté des hauts et des bas. Il est vrai que certaines joueuses ont voulu donner le meilleur d’elles-mêmes mais en confondant excès et précipitation, ces joueuses ont raté parfois l’immanquable. D’autres joueuses comme Benabdelhafid, Bennabi, Hemissi, Ait Ahmed, Amrani (excellent pivot) pour ne citer que celles-ci, ont tiré leur épingle du jeu surtout pour Bennabi et Hemissi qui avaient joué pratiquement toutes leurs rencontres au complet sans pour autant connaître de fatigue.

En outre, on notera les blessures de Amel Ait Ahmed qui a raté les trois derniers matches, de Bensalem aussi et de Haimer qui, malgré un gros bobo au genou, a tenu à continuer a jouer/

Aussi, certains spécialistes présents sur place trouvaient inconcevables et anormal que les Algériennes battent deux grandes nations du handball féminin et tombent devant la Guinée ou encore le Congo.

Il n’en demeure pas moins que personne n’avait prédit que les camarades de Haimer allaient faire match nul contre la Tunisie et battre la Côte d’Ivoire. Bien au contraire, les qu’en dira-t-on avaient déjà donné l’Algérie comme Petit Poucet du groupe dans lequel se trouvaient aussi l’Angola, le Cameroun . Une poule difficile puisqu’en demi finale, il y avait deux équipes de la poule de l’Algérie.

Ainsi, cette équipe nationale qui vient de prendre part à cette 23e édition de la CAN aura son mot à dire en 2020 au Cameroun pour peu que l’on prenne en charge. C’est du moins le dessein du président de la FAHB et du staff technique pour un travail qui débutera dès le mois de janvier et qui ira jusqu’à la prochaine coupe d’Afrique avec des mises au vert pour regrouper les sélectionnées sans oublier bien sur de faire appel à des moments adéquats les joueuses évoluant à l’étranger.

Said LACETE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*